Présentation

Chacun d’entre nous a gribouillé des formes, des pseudo dessins sur ses fardes de cours,
ou plus tard sur ses comptes-rendus. Marie Hainaut a débuté comme cela, en « gribouillant ».
A la différence que ses premiers essais, à travers l’esquisse de courbes ou de petits dessins,
ont bel et bien initié sa volonté de recherche artistique.

Cette gentille obsession est vite devenue une démarche continue et permanente,
jusque dans un de ses cours préférés – la biologie – où chaque image de molécules
ou autres ribosomes colorés était inspiration à la création.
Un autre – la physique – lui permit de comprendre l’optique et la couleur.
C’est donc assez logiquement qu’elle suivit les cours du soir de peinture à l'Académie des Beaux Arts à Arlon.
Son désir de formation et d’élargissement de ses compétences artistiques la dirigea,
au terme de ses humanités, vers l’ERG (Ecole de Recherche Graphique – Bruxelles), quatre ans durant.
Une des options principales choisies fut la photographie :
"Je cherchais à saisir le quoditien de l'homme et de son habitat sans faire de mise en scène
mais en cadrant – en plan large – sur les formes et couleurs,
ceci dans différents lieux lors de mes voyages à Lisbonne, Barcelone, au Sénégal, en Roumanie, …."

Depuis peu revenue aux pinceaux, Marie Hainaut situe ses tableaux entre recherche esthétique et conceptuelle.
La couleur, au delà d’une répétition de formes curvilignes, caresse en profondeur le bleu de Prusse
en contraste avec les couleurs vives, explosées en taches de lumière.
Aussi, son engouement pour les films fantastiques, d’animation et autres dessins animés
lui a insufflé, inconsciemment, son style.
Style flashé par ses « farfelus farfadets », petits personnages qui soit se cachent dans ses toiles
ou soit s’exposent directement dans ses portraits.